31/01/2010

La Shoah a commencé par des mots et des discours",

- François Zimeray : "La Shoah a commencé par des mots et des discours",

 

Daphné Nerson (JP) - "je sens un désir non assumé de tourner la page" ; "Il est indéniable que les appels répétés du président iranien à la destruction de l'Etat juif l'inscrivent dans la même parenté idéologique que le nazisme".

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1263147995810&a...

   "Chargé de la "dimension internationale de la mémoire de la Shoah", l'ambassadeur français pour les droits de l'Homme, François Zimeray, était à Auschwitz pour les commémorations du 27 janvier.

    - Jerusalem Post : Quelles nouvelles menaces sentez-vous peser sur la préservation de la mémoire de la Shoah ?

    - François Zimeray : Ce qui m'inquiète le plus c'est de constater qu'à travers le monde, malgré et parfois même à l'occasion des commémorations, je sens un désir non assumé de tourner la page. Trop souvent, j'ai senti ce désir de nier la dimension essentiellement anti-juive de la Shoah. Trop souvent, le drame de la Shoah n'apparaît plus dans sa singularité. Il apparaît comme un génocide parmi d'autres. Le négationnisme n'est plus le monopole des négationnistes. Car à chaque fois qu'on utilise des mots à tort et à travers, comme "cette banlieue est un ghetto", alors on dit que le ghetto de Varsovie n'était pas le ghetto de Varsovie. Et c'est le nouveau visage du négationnisme. Les mots sont en train de s'abîmer, et c'est une menace grave. [...] Nous rentrons dans une période périlleuse car bientôt les derniers témoins auront disparu en nous laissant l'écrasante responsabilité de transmettre ce souvenir. [...]

    - J.P. : Seriez-vous prêt à établir un lien, comme l'a fait mercredi le Premier ministre Binyamin Netanyahou, entre la Shoah et la menace que fait planer l'Iran sur Israël ?

    - F.Z. : Oui, il faut faire ce lien, car l'attitude de "déni mémoriel" d'Ahmaninedjad - qui n'est sûrement pas celle des Iraniens dans leur totalité - est un vecteur puissant d'antisémitisme. Il est indéniable que les appels répétés du président iranien à la destruction de l'Etat juif l'inscrivent dans la même parenté idéologique que le nazisme. Et ces discours nous devons les combattre. Ce combat politique et diplomatique est fondamental. Je vous rappelle que la Shoah n'a pas commencé dans les chambres à gaz. La Shoah a commencé par des mots et des discours."


23:49 Écrit par dorcas dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : varsovie, ghetto, juifs, shoah |  Facebook |

Le mémorial de la déportation des Juifs de France

Le mémorial, en Israël, de la déportation des Juifs de France

Mémorial français en israël

Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France se trouve en Israël, dans la forêt de Beith-Shemesh, près du moshav Neve Michaël, dominant la vallée du Ellah. Il a été inauguré le 18 juin 1981.

Ce monument a été édifié par l'Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, présidée par Serge Klarsfeld. Sa conception est de Simon Guerchon, et Annette Zaidman a assuré l'administration de cette entreprise. Il mesure 100 mètres de long et 13 mètres de haut.

 

mémorial français en israel 5

 Sur le monument sont reproduites toutes les pages du Mémorial de la Déportation des Juifs de France, publié par Serge Klarsfeld en 1978, dans lequel sont recensés, convoi par convoi, les noms, prénoms, dates et lieux de naissance des déportés. Ces documents sont reproduits sur des plaques en fibre de verre qui doivent être remplacées périodiquement, car elles sont effacées par le soleil.

mémorial6 mémorial 8 mémorial 9

Devant le monument on trouve sur le sol des plaques commémoratives posées par des familles qui rappellent ainsi le souvenir de leurs parents disparus.

 

00:58 Écrit par dorcas dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : deportation, juifs, israel |  Facebook |

Yad Vashem inaugure un nouveau centre de recherche

Yad Vashem inaugure un nouveau centre de recherche
 
Par Sarah Smadja pour Guysen International News


Le 10-12-2008

Yad%20Vashem%20Holocaust%20Memeorial%20Day%20173%20148_0



 Yad Vashem, le mémorial de la Shoah de Jérusalem, inaugure cette semaine un nouveau centre de recherche sur les conséquences de la Shoah en se basant sur les expériences post-guerre des survivants. L’objectif est de préserver au mieux la mémoire de la Shoah à une époque où se répandent des idées révisionnistes et où le nombre de survivants diminue.

 
« Jusqu’à présent, la priorité de Yad Vashem était de se concentrer sur la Shoah en lui-même, mais aujourd’hui préserver la mémoire de la Shoah est d’une importance cruciale » explique le Dr. Ze’ev Mankowitz, directeur du centre.

Promouvoir la recherche et les activités éducatives relatives aux expériences post guerre des survivants, se concentrer sur des sujets tels que le choc de la libération pour les survivants, la Shoah vue par les jeunes d’aujourd’hui, ou encore la Shoah dépeinte dans la littérature moderne et les films, feront notamment partie des priorités de ce nouveau département de Yad Vashem.

Des questions essentielles concernant la vie des rescapés de la Shoah seront traitées.
Comment s’est passé leur retour à la vie ? Comment ont-ils été reçus par leurs concitoyens ? Comment est-ce que les nouveaux pays d’accueil les ont traités et considérés ?

Des questions essentielles pour une compréhension plus profonde des effets à long terme de la Shoah, explique le survivant Eli Zborowski, directeur de la société américaine pour Yad Vashem et donateur du nouveau centre.

Dans un premier temps, le centre - qui fonctionnera avec un personnel de 6 personnes, mais qui travaillera avec des chercheurs du monde entier - se concentrera principalement sur les conséquences de la Shoah pour les juifs du monde entier dans le premier quart de siècle après la Shoah, principalement entre les années 1944 et 1961.

Le travail du centre inclura des débats et réflexions notamment autour des thèmes : ‘ fallait-il accepter ou non l’argent de l’Allemagne les premiers jours de la création de l’Etat d’Israël’, ‘les procès des criminels de guerre nazis comme le procès Eichmann en 1961’, ‘la lutte pour la réappropriation des biens spoliés’, et ‘l’entretien de la mémoire des victimes de la Shoah’.

« Notre priorité est de donner aux survivants un microphone, et l’occasion de faire ainsi entendre leurs voix » explique le Dr Mankowitz. 

Par Sarah Smadja:  Guysen International News

00:52 Écrit par dorcas dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shoah, jerusalem, survivants |  Facebook |

Crypte sanctuaire à Yad Vashem

Crypte sanctuaire à Yad Vashem

 

L’OHEL YIZKOR constitue la crypte sanctuaire : sous un toit de basalte, très bas, un dallage où sont simplement inscrit les noms de 21 principaux camps de concentration.

Au cours d’une brève cérémonie, un flambeau est allumé chaque matin à onze heures.

Yad%20Vashem%20Holocaust%20Memeorial%20Day%20173%20148_0

00:44 Écrit par dorcas dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : concentrations, camps |  Facebook |

Yad Vashem

YAD VASHEM :

C’est le lieu commémoration, mais aussi mise ne garde, c’est ici que l’on rend hommage aux six million d’Israélites victimes de la folie nazie.

Sur la place, devant le monument, sur une colonne de trente mètres, on peut lire : « ZKOR , souviens-toi.

A l’intérieur, le musée de la shoah, grâce à des milliers de photographies et de documents, présente une histoire complète de la persécution, de 1933 à 1944, et de la naissance et du développement du nazisme.


Yad vashem

 

00:40 Écrit par dorcas dans Mémorial | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Musé juif de la déportation et de la résistance à Malines en Belgique

Musée juif de la déportation et de la résistance à Malines en Belgique.

Le Musée Juif de la Déportation et de la Résistance se situe à Malines,  (Mechelen) dans une aile de l’ancienne Caserne Dossin.

Ce lieu d’histoire est également un lieu de mémoire.
C’est là que les Nazis installent le SS-Sammellager-Mecheln, centre de rassemblement pour la déportation des Juifs de Belgique. 

Le Sammellager Mecheln est le point de départ d’une déportation sans retour. Entre 1942 et 1944, 24.916 Juifs et 351 Tsiganes sont déportés à Auschwitz. Les deux tiers seront gazés à leur arrivée. A la libération des camps nazis, seuls 1.221 personnes sont encore en vie.

La Caserne Dossin fut “l’Antichambre de la Mort” au sens propre du mot.  Le Musée Juif de la Déportation présente cette sombre histoire.
Le musée Juif de la déportation et de la résistance présente l’histoire de la « solution finale » en Belgique et en europe.

L’exposition développe exposition, plusieurs thèmes : les aides et relais dont bénéficièrent les SS, pourtant peu nombreux, dans la société et les institution belges, la collaboration des mouvements d’extrêmes droite, l’extermination de près de la moitié de la population juive belge, l’insoumission et la résistance de ce qui échappèrent à la déportation, l’aide d’une large frange de la  population belge, en particulier à l’égard des enfants.

Faite une visite virtuelle du musé : http://www.cicb.be/fr/virtuelle.htm

source : http://www.cicb.be/fr/home_fr.htm

Les documents du ghetto de Varsovie.

Les documents du ghetto de Varsovie.

 L’historien Emmanuel Ringelblum fonde une organisation clandestine dont le but est de rassembler des documents d’archives et de rédiger un compte rendu exact de souffrances infligées aux juifs. Pour que la connaissance du mal reste dans l’histoire. Il constitue une équipe autour de lui.

Tout le ghetto se met au travail. Dans chaque immeuble, on ramasse des tracts, des objets, des témoignages sur la vie dans tel et tel appartement, telle cour, tel étage. Tout est remis à ce groupe d’historiens, qui range, classe, met des documents dans des bidons de lait scellés puis les ensevelit à deux endroits différents, à l’intérieur même du ghetto.

27084

Ces bidons d’archives sont retrouvés après la résistance,guerre. Grâce à eux nous savons tous ce qui s’est passé dans le ghetto de Varsovie. Jamais nous n’aurions pu écrire son histoire sans ces documents. Enfin, reste l’ultime étape de la résistance…

varsovie-decouverte-archiv

Extrait du livre : ce qui reste de nous de Murielle Allouche et Jean-Yves Masson.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Archives du ghetto de Varsovie (Archives Emanuel Ringelblum) - Témoin de la Shoah

emanuel_ringelblum3

Patrimoine inscrit

Patrimoine documentaire soumis par la Pologne et recommandé à l'inscription au Registre Mémoire du monde en 1999.

Année de soumission: 1999

Les Archives Ringelblum regroupent quelque 25 000 pages sauvées des ruines du ghetto de Varsovie.

Elles comprennent des documents officiels, des documents sur la résistance du ghetto, des témoignages sur le sort des communautés juives pendant la Shaoh, des textes littéraires, des oeuvres d'art et des lettres privées rassemblés par des victimes de l'Holocauste pour l'information des générations futures. Cette collection est absolument unique en son genre tant par son origine que par sa valeur historique. Elle concerne surtout le plus grand ghetto de l'Europe nazie (quelque 500 000 habitants), mais couvre aussi l'ensemble de la Pologne occupée, apportant des informations sur la Shoah et le sort d'une communauté juive qui comptait 3 500 000 personnes. Presque tous les auteurs des documents des Archives Ringelblum sont morts, soit dans le ghetto, soit dans les camps d'extermination.

 

Enfants dans le ghetto

Enfants dans le ghetto

les enfants dans le ghetto

La peur, la faim, l'isolement se lit sur leurs visages, des enfants sans avenir.

00:20 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfants |  Facebook |

Cachette dans un battiment dans le ghetto de Varsovie

Cachette dans un battiment dans le ghetto de Varsovie

ghetto de Varsovie, une cave

Une photo qui a été prise par des SS: Des lits ont été aménagés par des combattants juifs dans une cave.

source :http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/ghetto_varsovie.htm

 

00:14 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto, varsovie, ss, juifs |  Facebook |

Captures de combattants juifs au ghetto de Varsovie

Captures de combattants Juifs au ghetto de Varsovie.

résistance juve au ghetto de Varsovie

Combattants de la résistance juive capturés par les troupes SS au cours de la révolte du ghetto de Varsovie. Varsovie, Pologne, du 19 avril au 16 mai 1943.

00:07 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto, varsovie, juifs, sspologne |  Facebook |

30/01/2010

Les juifs capturés dans le ghetto

Les juifs capturés dans le ghetto

ghetto_juifscaptures_fin_insurection

Les Juifs capturés sont alligné contre le mur du ghetto, 7000 Juifs seront exécutés sur place et 6000 périront dans la destruction du ghetto

23:49 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : juifs, ghetto |  Facebook |

Suicide dans le ghetto

Suicide dans le ghetto

Les juifs du ghetto qui ne voulaient pas être déportés ou capturés se suicident à l'arrivée des SS, car ils savaient ce que les Allemands leurs réservaient.

ghetto_femme_se_suicidant

Voici une femme accrochée au balcon de sa maison, elle se jettera dans le vide

23:47 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : varsovie, ghetto, juifs, ss |  Facebook |

Photo prise par des SS de suicide d'un juif

Photo prise par des SS de suicide d'un juif

 

ghetto_suicide2

Un homme se jette dans le vide du haut de son immeuble

C'est une photo prise par des SS et la légende disait ceci : (Bandit qui se suicide pour éviter l'arrestation)

source : http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/ghetto_varsovie....

23:44 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ss |  Facebook |

Les oeuvres sociales dans le ghetto de Varsovie

Les œuvres sociales dans le ghetto de Varsovie

JHeydeckerEnfantsmendiantsGhettoVarsovie1941

L’un des problèmes les plus poignants fut celui de l’enfance malheureuse; le nombre d’enfants abandonnés ne cessait d’augmenter, malgré une mortalité considérable.

Que le père ou la mère mourut, que le père fût envoyé au travail obligatoire, et l’enfant, sans protection, devenait la proie de la faim et de la maladie. Isolés, ou par groupes, ils erraient, loqueteux, couverts de gale et de poux, les pieds nus, de cour en cour, de carrefour en carrefour, chantant pour mendier, clamant leur détresse et leur faim. Ils encombraient les rues, poursuivaient les passants la main tendue en murmurant une prière au milieu d’un sanglot. D’autres n’avaient même plus la force de marcher : effondrés sur le sol, ils vivaient dans la boue et les détritus.

Extrait du livre : "Cinq années dans le Ghetto de Varsovie" par Bernard Goldstein

23:12 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfants, varsovie, ghetto |  Facebook |

La faim, la mort

La faim, la mort

    Ghetto varsovie la faim

 Dans le ghetto, les conditions de vie sont inhumaines. On entasse là non seulement les Juifs de Varsovie, mais aussi ceux des campagnes voisines et des petites villes environnantes. Le chômage, la perte des repères, l'entassement, la sous-alimentation la maladie vont vite faire des ravages.

ghetto varsovie la cantine

Un "Conseil juif" (Judenrat) est créé par les nazis en octobre 1939. Il s'agit de dirigeants juifs auxquels les nazis s'adressent pour gérer la situation. Ils doivent faire régner l'ordre dans le ghetto et tentent, dans des conditions impossibles, d'améliorer le sort des habitants.

23:08 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto, nazis, varsovie, juif |  Facebook |

La création du ghetto de Varsovie

La  création du ghetto de Varsovie

     En 1939, il y avait 1.300.000 habitants à Varsovie dont 380.000 Juifs. La ville fut prise par l'armée allemande dès le début de la Guerre le 30 septembre 1939. Hitler lui-même vint parader dans Varsovie le 5 octobre 1939.
     Dès l'hiver 1939-1940, les nazis commencèrent à persécuter les Juifs  : obligation de porter un brassard avec l'étoile de David, identification des magasins juifs sur leurs vitrines, obligation de rendre les radios, interdiction de voyager en train (novembre 1939).
     Bientôt, on rassemble les Juifs de Pologne dans des quartiers fermés : les ghettos. Il y eut d'abord un ghetto à Lublin et un à Lodz. Le ghetto de Varsovie fut créé le 12 octobre 1940 (jour de la fête juive de Yom Kippour). Puis il y eut ceux de Cracovie, de Lublin, de Czestochowa, de Kielce, de Lwow
.

23:02 Écrit par dorcas dans Ghetto Varsovie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : juifs, varsovie |  Facebook |

29/01/2010

Ne les laissez pas nous mener comme des moutons vers l'abattoir!

Ne les laissez pas nous mener comme des moutons vers l'abattoir !

vilna_ghetto

Suite aux échos du massacre des Juifs à Ponary et au témoignage d’une jeune fille rescapée de ce bain de sang Abba  Kovner, léarder du mouvement Hashomer Hatzair et du mouvement de résistance du Ghetto de Vilna, arriva à la conclusion que derrière cette poursuite effrénée des juifs se tramait un meurtre systématique.

En 1941, lors d’un regroupement des jeunes sionistes du ghetto de Vilna, Kovner lu publiquement ce qu’il avait inscrit sur une feuille de papier : «  Hitler planifie d’annihiler de façon radicale le judaïsme européen… Ne nous laissons pas nous mener comme des moutons à l’abattoir ! ».

En été 1943, lors de la liquidation du ghetto, Kovner dirigea un groupe de résistants vers les forêts de Rudniki. C’est en tant que commandant de « Avenger », une unité partisane juive, qu’il poursuivit sa lutte contre les Allemands.


vilna1

Jeunesse Juive, ne vous laissez pas induire en erreur. Sur les 80.000 Juifs de la Jérusalem de Lituanie     (Vilna), seuls 20.000 sont encore en vie. Sous nos yeux, ils nous enlèvent nos parents, nos frères et nos sœurs.

Où sont passé les centaines d’hommes enlevés par les ravisseurs Lithuaniens ?

Où sont nos femmes et nos enfants arrachés à nous lors de la nuit terrifiantes de la «  provocation » ?

Où sont les Juifs enlevés le jour du grand pardon ?

Où sont nos frères du second ghetto ?

Aucun d’entre eux n’est revenu. Toutes les routes de la gestapo mènent à Ponary. Et Ponary c’est la mort !

Vous qui hésitez ! Abandonnez vos illusions. Vos enfants, vos mari et vos femmes ne sont plus en vie.Ponary n’est pas un camp – Ils y furent tous fusillés.

Hitler projette d’anéantir le Judaïsme européen. Les juifs de Lituanie sont placés en première ligne. Ne les laissons pas nous mener comme des moutons à l’abattoir !

Il est vrai que nous sommes faibles et sans défense mais la résistance demeure l’unique réponse face à l’ennemi… Résistez ! Jusqu’au dernier souffle.

Abba Kovner, Ghetto de Vilna, le 1er janvier 1942

 

Déportation d'enfants Juifs

Déportation d'enfants juifs

déportation d'enfants juifs

Déportation d’enfants juifs d’un orphelinat. Ghetto de Lodz, Pologne, au cours de l’action “Gehsperre” (action couvre feu), du 5 au 12 septembre 1942.

Ces enfants étaient séparé de leurs parents et envoyés à la mort.

00:04 Écrit par dorcas dans Ghetto Lodz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto, pologne, deportation |  Facebook |

Le ghetto de Dvinsk (Daugavpils)

Le ghetto de Dvinsk ( Daugavpils)

ghetto de Dvinsk

Les Juifs sont enfermés dans un ghetto dans les casernes de la cavalerie lettone sur les berges de la Dvina, au nord de la ville. Les conditions de vie y sont effroyables. Quelques jours plus tard, des milliers de juifs des villes voisines de Griva, Kraslava, Preili, Viski, et Livani, sont entassés dans le ghetto, portant sa population à approximativement 16.000 personnes. Un Judenrat est formé, qui tente de faire face à la situation… A sa tête, l'ingénieur M. Movshenson dont le père avait dirigé la ville de Daugavpils avant la seconde guerre mondiale. Zaube, le commandant allemand du ghetto de Daugavpils est un homme sans scrupule, d’une extrême cruauté. Il n’hésite pas à abattre lui-même quiconque introduit de la nourriture en contrebande, devant tous les habitants du ghetto pour les effrayer et les humilier.

00:01 Écrit par dorcas dans Ghetto Dvinsk Daugavpils | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto |  Facebook |

28/01/2010

Le moment le plus fort du film, Shoah de Claude Lanzmann

 

Le moment le plus fort du film, Shoah de Claude Lanzmann

Un homme de Corfou déporté à Auschwitz-Birkenau a vu disparaïtre sa femme, ses quatre enfants et son père dans les fours du camp d'extermination.

23:17 Écrit par dorcas dans Témoignages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auschwitz, extermination |  Facebook |

Peres au Bundestag : plus jamais...

Peres au Bundestag : plus jamais...

Le président Shimon Peres a prononcé un discours historique devant les membres du parlement allemand à Berlin ce mercredi après-midi à l’occasion de la journée internationale de la Shoah, 65 ans après la fin de la seconde guerre mondiale.
 
« Plus jamais de dictateurs assoiffés de sang se cachant derrière le masque de la démagogie et criant des appels au meurtre. Ils constituent une menace pour le monde entier, » a souligné Peres.
 
Le parlement allemand a entendu une traduction du discours, qui a été donné en hébreu. Peres a aussi dit le Kaddish en l’honneur des victimes de la Shoah, dont ses grands-parents qui ont été brûlés vivants dans la synagogue de leur ville.
 
« Dans l’état d’Israël et à travers le monde entier, les survivants de la Shoah se retirent peu à peu du monde des vivants. Leur nombre se réduit chaque jour. Pendant ce temps, ceux qui ont participé au plus méprisable travail sur terre – le génocide – vivent toujours sur le sol allemand. Faites tout ce que vous pouvez pour enfin les apporter devant la justice, » a déclaré Peres.
 
Le président a fait référence à ses souvenirs de sa ville natale de Biélorussie lorsqu’elle a été conquise par les nazis, ainsi qu’à l’image de son grand-père, qui l’a beaucoup marqué jusqu'à aujourd’hui. Il a ensuite parlé de l’établissement de l’état d’Israël, disant que si le « retard dans son établissement » avait été empêché, la Shoah aurait pu être évitée.
 
« En tant qu’israélien, je déplore le retard tragique dans l’établissement de l’état juif, qui a laissé mon peuple sans aucun endroit pour se refugier. Je ne peux pas accepter la perte d’un million et demi d’enfants, le plus grand potentiel humain, qui auraient pu changer le destin d’Israël. Je suis fier de la renaissance d’Israël, qui est la réponse morale et historique à la tentative d’effacer le peuple juif de la face du monde, » a dit le président.
 
Peres a ensuite dirigé ses mots vers l’Iran. « Nous sommes maintenant là avec cette leçon essentielle : plus jamais. Plus de doctrine raciste, plus de sentiments de supériorité, plus de cette soi-disant autorité divine pour inciter, assassiner, violer la loi, nier D.ieu et la Shoah. »
 
Peres a ajouté : « les menaces de détruire un peuple et un état sont faites avec pour toile de fond le développement d’armes de destructions massives, dans des mains déraisonnables, avec un esprit aliéné, en niant la vérité. »
 
Peres s’est ensuite exprimé sur les difficultés rencontrées par Israël depuis son établissement, suite à la guerre lancée par les états arabes. « Tsahal a gagnée cette bataille désespérée, en mêlant justice historique au courage humain. »
 
« Mais les victoires n’ont pas mis fin aux dangers qui pèsent sur Israël. Nous avons payé un prix lors des guerres, et nous n’hésitons pas lorsque nous sommes forcés de payer un prix pour la paix. Aujourd’hui encore nous sommes prêts à donner des territoires pour parvenir à un accord de paix avec les palestiniens, qui construiront leur propre état indépendant, prospère, et à la recherche de la paix. »
 
Selon le président, « comme nos voisins, nous nous identifions aussi aux millions d’iraniens qui s’élèvent contre la dictature et la violence. Comme eux, nous sommes contre ce régime fanatique, qui contredit la charte des Nations Unies. Un régime menaçant, possédant des réacteurs nucléaires et des missiles, et exploitant le terrorisme dans leur pays comme à l’étranger. »
 
Le discours de Peres est inséparable de la politique déterminée par les responsables de l’état d’Israël qui fréquentent actuellement nombre de cérémonies à travers le monde. Le message principal à faire passer est : « Hitler nous a alors détruit – Ahmadinejad nous menace aujourd’hui. »
27 janver 2010 source Juif.org

22:38 Écrit par dorcas dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nazis, shoah, survivants |  Facebook |

27/01/2010

Il y a 65 ans, Auschwitz était libéré

Il y a 65 ans, Auschwitz était libéré

D'anciens détenus d'Auschwitz-Birkenau, des soldats de l'Armée rouge qui les ont libérés il y a 65 ans et de nombreuses personnalités, dont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, rendent hommage ce mercredi à 1,1 million de victimes de ce camp symbole de l'Holocauste.

Les sirènes d'Auschwitz retentiront à nouveau à 14H30 (heure locale, 13H30 GMT), pour marquer le début des cérémonies dans ce qui fut le plus grand camp d'extermination érigé par l'Allemagne nazie en Pologne occupée. De 1940 à 1945, environ 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants, dont un million de Juifs d'Europe, ont péri en ce lieu.

Les participants aux commémorations se recueilleront devant le mémorial de Birkenau, pour réciter le kaddish (la prière juive aux morts) et des prières oecuméniques, et pour entendre des discours officiels. Dans la matinée, le Congrès juif européen tiendra une conférence à Cracovie (sud), dont Auschwitz est distant d'une cinquantaine de kilomètres.

Les présidents américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev y adresseront leurs messages, diffusés par vidéo. Cependant, des ministres européens de l'Education réfléchiront sur la façon d'enseigner aux jeunes la leçon à tirer d'Auschwitz. L'inauguration d'une exposition russe sur la libération du camp rappellera cette journée du 27 janvier, déclarée par l'ONU Journée internationale du souvenir des victimes de l'Holocauste.

Le plus grand et le plus meurtrier de tous les camps d'extermination et de concentration nazis, Auschwitz-Birkenau est le seul à avoir été préservé tel qu'il avait été abandonné par les Allemands en fuite devant l'Armée rouge. D'autres camps d'extermination installés en Pologne, tels Sobibor, Treblinka ou Belzec, ont été complètement détruits par les nazis pour en effacer toutes traces.

A Auschwitz-Birkenau, les ruines des chambres à gaz et des fours crématoires continuent à terrifier les visiteurs, autant que les 300 baraquements qui s'étendent à perte de vue sur un terrain de près de 200 hectares. En 2009, un nombre record de 1,3 million de personnes ont visité le musée. (afp)
27/01/10 08h27
Source: 7sur7

26/01/2010

La stérilisation sur les jeunes filles

La stérilisation sur les jeunes filles.

 0bg21m61

Une des expériences les plus lamentables fut la stérilisation par les rayons X de toutes les jeunes filles de seize à dix-huit ans. Des frêles créatures délicates, dont les souffrances révoltaient… Les petites revenaient le soir dans un état effrayant. Elles  vomissaient sans cesse et se plaignaient de douleurs abdominales atroces. Nombreuses furent celles qui durent s’aliter durant des semaines et même des mois. Nombreuses furent celles atteintes de brûlures radiologiques dont étendues nécessitant des pansements de longue durée.

 Il faudrait aussi parler des petites bohémiennes de Ravensbrück, des fillettes dont on ne peut pas oublier la vue, par terre dans les corridors du revier, se tordant de douleur après la stérilisation. Car les « essais » des « savants » portaient aussi sur des enfants. Une déportée Gustawa Winkowska demanda au docteur Treinte, spécialiste de ces stérilisations : Pourquoi aussi sur eux ? Il fait les stériliser très jeunes car ils sont capables d’avoir des enfants à treize ans.

Extraits du livre : Les médecins maudits de Christiane Bernadac

http://souvenez-vous.skynetblogs.be/post/7350530/les-medecins-maudits

00:18 Écrit par dorcas dans Expériences médicales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ravensbruck |  Facebook |

Expérience médicale sur des prisonniers

Expérience médicale sur des prisonniers

Expérience médicale

 Des expériences médicales nazis ont été faite, comme celui-ci :

Un prisonnier est placé dans un conteneur rempli d'eau froide. Le but de ce type d'expérience était de tester combien de temps les aviateurs allemands pouvaient survivre lorsqu'ils étaient obligés de se parachuter dans les eaux froides de la Mer du Nord. Différents types de vêtements ont été testés; de même que différentes méthodes de réanimation des personnes ayant survécu à l'expérience.

00:13 Écrit par dorcas dans Expériences médicales | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La famille Ovitz

La famille Ovitz

 nains

Shimshon Eizik Ovitz et sa femme ainsi que leurs dix enfants furent déportés de Marmarossziget         (Transylvanie) vers  Auschwitz.

Parmi leurs dix enfants, sept étaient nains. Avant la guerre, la famille Ovitz, amateurs de musique, avait monté un groupe dénommé « Lilliput » qui se produisait en Europe de l’Est.

En 1944, ils furent déportés à Auschwitz et devinrent les objets d’expériences médicales du Dr Josef Mengele. Après leur libération, ils retournèrent dans leur ville natale afin d’y monter à nouveau un groupe musicale.

Ils retrouvèrent les instruments miniatures qu’ils avaient cachés avant leur déportation et fondèrent une nouvelle troupe.

Extrait du livre Afin que sache la jeune génération… Shoah et mémoire à Yad Vashem.

00:09 Écrit par dorcas dans Expériences médicales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auschwitz, shoah |  Facebook |

24/01/2010

Camps nazis en Autriche

Camps nazis en Autriche

Camps nazis en Autriche

Source :http://www.ushmm.org/wlc/media_nm.php?lang=fr&ModuleId=14&MediaId=805

23:44 Écrit par dorcas dans Carte des Camps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camps, nazis |  Facebook |

Camps nazis en Allemagne

Camps nazis en Allemagne

Camps nazis dans la grande Allemagne

Source :http://www.ushmm.org/wlc/media_nm.php?lang=fr&ModuleId=14&MediaId=805

23:42 Écrit par dorcas dans Carte des Camps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camps, nazis, allemagne |  Facebook |

Camps nazis en Hollande

Camps nazis en Hollande

Camps nazis au Pays-Bas

Source :http://www.ushmm.org/wlc/media_nm.php?lang=fr&ModuleId=14&MediaId=805

 


23:40 Écrit par dorcas dans Carte des Camps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camps, nazis |  Facebook |

Camps nazis en France

Camps nazis en France

Camps nazis en France

Source : http://www.ushmm.org/wlc/media_nm.php?lang=fr&ModuleI...

23:38 Écrit par dorcas dans Carte des Camps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camps, nazis |  Facebook |

Camps nazis en Pologne

Camps nazis en Pologne

 

Camps nazis en Pologne occupée

Source : http://www.ushmm.org/wlc/media_nm.php?lang=fr&ModuleI...

23:35 Écrit par dorcas dans Carte des Camps | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camps, nazis, pologne |  Facebook |