29/08/2010

Médecin à Auschwitz

 

Médecin à Auschwitz
5040_1.jpg
Au nombre des juifs polonais déportés qui arrivèrent en mai 1944 à Auschwitz, se trouvait le Dr Miklos Nyiszli, médecin légiste de Budapest.

Le Dr SS Mengele, médecin-chef du camp, un des plus grands criminels de l’histoire, avait alors besoin d’un anatomiste expérimenté pour procéder à la dissection des malheureux sur lesquels, il pratiquait ses monstrueuses expériences.
A u lieu de passer à la chambre à gaz, le Dr Nyiszli fut donc nommé médecin légiste des commandos spéciaux des crématoires. Ces commandos jouissaient d’un traitement de faveur, mais ils savaient qu’ils seraient «relevés» au bout de quatre mois, c’est-à-dire massacrés.
Or, le Dr Nyiszli échappa par miracle à l’extermination des détenus d’Auschwitz, extermination qui s’étendit même aux SS gardiens du camp. Il put ainsi apporter un témoignage dont la précision et l’objectivité atteignent, dans leur dépouillement, le sommet de l’horreur.

extrait du livre : page 72 et 73
Le quartier tchèque était composé d’environ quinze mille personnes déportées du ghetto de Thérésienstadt. Il avait un caractère familial pareil au camp des tziganes. Ils n’ont pas été sélectionnés à leur arrivée. Des vieillards, des adultes et des enfants ont pu garder leurs propres vêtements et vivre ensemble une existence très dure, mais cependant supportable. Ils ne travaillaient pas.Ils ont vécu ainsi pendant deux ans jusqu'à ce que l’heure de l’anéantissement sonne pour eux aussi, car le KZ d’Auschwitz est un camp d’anéantissement. Ce n’est qu’une question de chronologie, les uns meurent plus tôt, les autres plus tard, mais personne n’en réchappe.
Dans le camp tchèque, les vieillards, les jeunes affaiblis par un séjour de deux ans,ainsi que les enfants amaigris jusqu’aux os, ont dû abandonner leur place aux nouveaux arrivés capables de travailler.
Leur situation a empiré, il y a déjà plusieurs semaines. Leurs rations alimentaires ont dû être réduites après l’arrivée du premier transport hongrois. Puis quelques semaines après lorsque des masses immenses ont rempli tous les quartiers, l’alimentation a mis le commandement allemand devant un problème à peu près insoluble et les rations du camp tchèque ont été presque supprimées.
Ils déliraient de faim. Leur organisme déjà affaibli est tombé en loques au bout de quelques jours. La diarrhée, la dysenterie et le typhus exanthématique les ont décimés. Il y avait tous les jours cinquante à soixante morts. Ils ont subi des souffrances indescriptibles pour leurs derniers jours, jusqu’à ce que l’heure de l’anéantissement libérateur soit arrivée. La consigne des baraques a été ordonné dès le matin de bonne heure et pour toute l’étendue du KZ. Plusieurs centaines de soldats SS on encerclés le quartier tchèque et commandé le rassemblement des déportés. Les hurlements d’effroi qu’ils poussaient lorsqu’on les a chargés sur des camions étaient terrible, car ils savaient ce qui les attendait, ayant vécu deux ans dans le KZ.
Le nombre des habitants du quartier tchèque le jour de la liquidation était de douze milles.. o, a sélectionné encore parmi eux quinze cents hommes et femmes capables de travailler et huit médecins.Le reste a été envoyé dans les crématoriums n°2 et 3 .Le lendemain le camp tchèque habité depuis deux ans était vide et dépeuplé. dans les crématoriums n° 2 et 3, le silence est revenu aussi. J’ai vu un camion chargé de cendres sortir des crématoriums et prendre le chemin de la Vistule.

Encore un extrait du livre page 152 et 153

A la veille de son écroulement, le IIIè Reich ne s’occupe plus de l’opinion publique du monde  et il jette le masque. Il commence sans délai la liquidation des Juifs qu’il détient encore.
C’est ainsi qu’est arrivé le tour du ghetto modèle de Theresienstadt.

COMITÉ GOUVERNEMENTAL S.S. DU REICH
RECRUTEMENT ET PLACEMENT DES TRAVAILLEURS FORCÉS.

 convocation

Le Juifs X..., du protectorat du Reich, est avisé que sur ordre de l’autorité sus-mentionnée, il a été désigné pour le service du travail obligatoire. L’appelé doit présentet avant le départ aux délégués de cette autorité ses instruments, ses outils nécessaire à l’exercise de sa profession, ainsi que des vêtements d’hiver, literie et provisions pour une semaine. La date de départ sera annoncée par voie d’affiche.
theresienstadt, le ..............
                         (signature.)

C’est avec ces convocations que sont arrivés dans le crématorium d’Auschwitz les hommes valides du ghetto de Theresienstadt. C’ était un mensonge infâme que l’histoire du service du travail obligatoire. ce n’était qu’un prétexte pour mener à bien sans heurt la liquidation et récupérer des instruments précieux, des outils rares et les vêtements qui faisaient défaut à la population allemande. Vingt mille hommes capables de travailler et ne pleine force de l’âge sont morts dans les chambres à gaz et ont été incinérés dans les fours crématoires. Leur anéantissement a duré quarante-hui heures, puis le silence a régné pendant plusieurs jours sur le crématorium.
Quatorze jours plus tard, les trains de déportés arrivent les uns après les autres sur la rampe Juive. Des femmes et des enfants en descendent. Il n’y a pas de sélection, tout le monde est dirigé à gauche. Sur le sol de la salle de déshabillage se trouvent des centaines de billets ainsi conçus :

COMITÉ GOUVERNEMENTAL S.S. DU REICH
RECRUTEMENT ET PLACEMENT DES TRAVAILLEURS FORCÉS.
Avis

L’autorité sus-mentionné autorise la femme et les enfants du Juif X..., du protectorat du Reich, appelé en service du travail obligatoire a se rendre au lieu de travail de ce Juif et à vivre ensemble avec lui pendant la durée du travail. Un hébergement convenable est prévu. On doit emporter des vêtements d’hiver, literie et provisions pour une semaine.
Theresienstadt, le ....................
                          Signature

A la suite de cet avis rédigé avec une ruse diabolique, vingt mille femmes et enfants qui voulaient soulager le sort de leur mari, ou qui désiraient rejoindre leur père, les ont suivis dans les chambres à gaz et les fours crématoires.