10/01/2011

Devoir de mémoire: Le camp de Ravensbrück‬.

Devoir de mémoire: Le camp de Ravensbrück‬

23:10 Écrit par dorcas dans Camp Ravensbruck | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camp |  Facebook |

23/01/2010

Le camp de Ravensbruck

Le camp de Ravensbruck

Ravensbruck est situé dans le nord de l'Allemagne, il a été créé en 1938 et libgéré par les russes le 30 avril 1945, il y eut environ 92.000 morts

ravensbruck_camp_barracks

Une des principale caractéristique du camp de Ravensbrück était le fait que des centaines d'enfants y étaient prisonniers. La barbarie nazie fut sans limite vis-à-vos de ces enfants et leur sort fut absolument épouvantable. Les enfants étaient condamnés à mort avant même leur naissance. Les nouveaux-nés étaient immédiatement arrachés des bras de leur mère et noyés ou tout simplement jetés dans un seau pour y mourir. Dans la majorité des cas, cela se faisait en présence de la mère. Les nombreux témoignages enregistrés après la guerre font état d'enfants jeté au feu, enterrés vivants, empoisonnés, étranglés, noyés. Les médecins SS les utilisèrent également pour des expériences médicales ou stérilisaient des jeunes filles, quelquefois à peine âgée de 8 ans, par exposition directe des organes génitaux aux rayons X (Dr. Clauberg).

Au début de l'existence de Ravensbrück, les enfants étaient immédiatement tués. Le médecin SS Rosenthal et son amie Gerda Quernheim avortaient de force les prisonnières, souvent dans des conditions bestiales. Par après, certains enfants furent laissés en vie à la naissance mais les conditions de vie en vigueur dans le camp ne faisaient dans la plupart des cas que retarder leur mort.

Seul les enfants les plus vigoureux purent survivre. Ils devaient aider les femmes à exécuter les travaux les plus lourds, de jour comme de nuit. De ces enfants, quelques-uns seulement ont survécu à la guerre.

 

 

21:49 Écrit par dorcas dans Camp Ravensbruck | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ravensbruck, nazie, ss |  Facebook |

Les enfants de Ravensbruck.

Les enfants de Ravensbruck.


enfants de Ravensbruck

Je vis tout près de moi un jeune garçon qui nous regardait avec de grands yeux brillants et un joli sourire… Ce jeune garçon m’attira dès que je le vis, il me rappelait par l’âge et la silhouette mon fils que j’avais pu, avant mon arrestation, mettre à l’abri de la Gestapo. Je bavarde avec lui et lui demande ce qu’il fait ici, où sont ces parents. Il me répond tristement qu’il est seul, que ces parents sont partis en transport. Je vis à l’étoile qui était accroché à ses vêtements qu’il était juif. Je compris pourquoi cet enfant se trouvait dans ce camp maudit. Je compris aussi où étaient partis ses parents. Transport voulait dire néant, chambre à gaz ou four crématoire. Les larmes me vinrent aux yeux en pensant que jamais ce pauvre petit ne reverrait ses parents. Nous avons parlé ensemble de la France. Il me dit qu’il habitait Paris, près de la gare de l’est pendant plusieurs jours, je revis mon fils adoptif ; chaque fois que nous le pouvions, nous passions quelques instant ensemble, même nous avons fait quelques « repas » : une rondelle de saucisson et un peu de margarine prise sur notre pauvre ration. J’avais un peu honte de ne pouvoir lui offrir davantage.

Cela dura une quinzaine de jours. Peut-être plus. Le temps au camp était tellement long qu’il est difficile de se rappeler. Les semaines paraissent aussi longues que des mois ; semaine et dimanche, tout se ressemblait. Puis, je ne vis plus mon petit ami. Le premier jour, je ne fus pas trop inquiet car je pensais qu’il avait pu être empêché de sortir ; après quelques jours, je me renseignais pour savoir ce qui se passait.Et Georgette découvre avec horreur que le block des enfants a été « liquidé ».

Extrait du livre "Les médecins de l'impossible" de Christian Bernadac

21:27 Écrit par dorcas dans Camp Ravensbruck | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gestapo, juif, crematoire |  Facebook |