26/02/2010

Shoah: le Portugal aurait pu sauver des milliers de Juifs d'origine portugaise

Le portugal aurait pu sauver des milliers de Juifs.

 

"Scellant ainsi leur sort dans les camps d'extermination nazis."

Source: extrait d'un article de Nuno Guerreiro Josué repris du blog Rua da Judiaria

"Dans une interview récente réalisée par José Manuel Fernandes et publiée dans Ípsilon, l'historien allemand Carsten L. Wilke déclara : "Quand Hitler était au pouvoir, le Portugal aurait pu sauver des milliers de Juifs descendants de ceux qui étaient partis des siècles plus tôt, mais Salazar n'a rien fait et les communautés qui existaient, par exemple, à Bordeaux, à Amsterdam ou à Thessalonique, furent complètement décimées".

Le cas des Juifs d'ascendence portugaise, cité par Carsten L. Wilke, est paradigmatique. Au lieu d'opter pour la simple tâche de faciliter la naturalisation des Juifs néerlandais, français et allemands dont les noms de famille (Nunes, Costa, Ricardo Mesquita, Leão de Laguna, Lopes Cardoso, etc.) laissaient peu de doutes quant à leur origine ancestrale, le régime a décidé de leur tourner le dos et leur a même rendu difficile la simple tâche d'obtenir un visa de transit, scellant ainsi leur sort dans les camps d'extermination nazis.

Le 23 avril 1940, par exemple, les consuls portugais aux Pays-Bas furent furent priés de, pour toute demande de visa d'entrée au Portugal, vérifier scrupuleusement si les candidats étaient juifs, et le cas échéant de noter "qu'aucun visa ne pouvait être apposé dans les passeports de Juifs sans l'autorisation préalable du Ministère des Affaires étrangères, appuyant de la sorte l'exigence de la PVDE [Police de Vigilance et de Défense de l'État] d'"empêcher l'entrée au Portugal d'individus de cette qualité" [1].

C'est contre cette toile de fond que se détachent les noms des diplomates portugais Aristides de Sousa Mendes, Carlos Garrido et Alberto Sampaio Teixeira Branquinho, dont les actes de courage rachetèrent la complicité honteuse, l'immobilisme et la lâcheté qui guidèrent la ligne diplomatique du Portugal pendant la Shoah."

Autoportrait de Baruch Leão Lopes de Laguna, un peintre juif néerlandais d'origine portugaise assassiné à Auschwitz


[1]  "Le Portugal aurait sauvé la vie à quarante ou cinquante mille juifs persécutés par le nazisme; certaines estimations doublent ou triplent même ces chiffres. Les réfugiés en attente d'embarcation étaient internés, sur ordre du gouvernement, dans des centres touristiques transformés en "zones de résidence constante" (Ericeira, Caldas da Rainha, Cúria, Figueira da Foz, São Julião da Barra); ils ne pouvaient les quitter sans autorisation policière et y étaient nourris aux frais des organisations juives." (Histoire des juifs portugais par Carsten Wilke, Chandeigne, Collection Péninsules, 2007, p. 234)

21:28 Écrit par dorcas dans Juif Portugais | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |