27/05/2015

1 Juin, ce jour-là, n'oubliez pas.

1 Juin, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1096

- 

Les volontaires de la première croisade envahissent Trèves (Allemagne). ils massacrent tous les juifs qui ne se laissent pas tenter par le baptême.

1556



- Deux des cinq juifs accusés de profanation d’hostie à Sochaczev (Varsovie) meurent sur le bûcher à Polock. L’un s’étant suicidé en prison, un autre avait réussi à s’évader. Le sort du cinquième demeure inconnu.



1906

- 

78 juifs sont égorgés et 84 grièvement blessés au cours d’un pogrome de Bialystok (Pologne).

1938

- Le chef SS Reinhard Heydrich ordonne à la Kripo d’effectuer des rafles contre les « asociaux » (mendiants, proxénètes, Tziganes, prostituées) et de les interner dans les camps.



1940

- La population juive de Tomaszov Lubelski (Pologne) doit déménager dans le ghetto créé par les nazis.

1941

En ce jour, eut lieu le pogrom contre les Juifs de Bagdad qui a entraîné 200 morts et 2 000 blessés et 900 maisons juives ont été détruites.



1942



- 2 000 juifs de Cracovie sont déportés au camp d’extermination de Belzec.

- En dix-huit mois, près de 900 000 juifs sont assassinés par les SS dans le camp d’extermination de Treblinka (Pologne). 



- 1 000 juifs déportés de Vienne (Autriche) à Minsk (Biélorussie) sont conduits dans des fosses près de la ville et abattus par les SS. 


- Pas de carte de tabac pour les juifs


1943



- 3 006 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) sont déportés au camp d’extermination de Sobibor.

- 
Le camp d’extermination de Treblinka commence à fonctionner. Jusqu’en août 1943. 700.000 Juifs y ont trouvé la mort.

- Les Juifs de Hollande et de France doivent porter l’étoile jaune.
Un décret de Vichy soumet les Juifs à la police judiciaire et les livre ainsi à la Gestapo sans aucune protection judiciaire.

16 mai, ce jour-là, n'oubliez pas.

16 mai, ce jour-là, n'oubliez pas.

1938.

- En Autriche mise aux travaux forcés des juifs à Mauthausen

1942.

- Dans le ghetto de Pabianice (Pologne), au cours de laquelle 150 juifs ont été tués, 8000 juifs sont déportés au camp d'extermination de Chelmno.

1943.

- Après quatre semaines de combats, la résistance du ghetto de Varsovie se termine : Les 56.065 survivants sont exécutés ou déportés directement dans les chambres à gaz de Treblinka. « Le quartier juif a cessé d'exister », déclare le général SS Stroop. Le Ghetto est rasé. Toutefois, les combats continuent jusqu'à la fin du mois.

- Dynamitage de la synagogue Tlomacki dans le secteur « aryen » de Varsovie.

1944

- A Auschwitz début de l'extermination des juifs de Hongrie sous la direction de Höss.

- Ce jour  un convois de 518 Juifs part du camp italien, Fossoli di Capri près de Modène pour Auschwitz.
Les italiens avaient crée le camp de transit de Fossoli du Capri et sera placé en mars sous commandement allemand

- 2 500 hommes, femmes et enfants sont déportés du camp de concentration de Theresienstadt au camp d'Auschwitz II - Birkenau, en théorie réservé aux familles. Comme les autres détenus, ils ont droit à certains privilèges jusqu'à ce qu'ils soient gazés dans la nuit du 11 au 12 juillet.

- Les premiers transports de juifs hongrois déportés arrivent au camp d'extermination d'Auschwitz.

 

12/05/2015

12 mai, ce jour-là, n'oubliez pas.

12 mai, ce jour-là, n'oubliez pas.

1020.

- Le vendredi saint, un tremblement de terre suivi d'un ouragan ravage Rome. Le pape Benoît VIII fait arrêter un certain nombre de juifs accusés de profanation d'hosties. Ils « avouent tout » sous la torture et sont brûlés sur le bûcher.

1919.

- 170 juifs sont massacrés, de nombreux autres blessés et plusieurs femmes juives violées quand des alliés de l'Armée nationale ukrainienne, déclenchent à Uman (Kiev) un pogrome qui dure cinq jours.

- 314 juifs sont massacrés et deux femmes juives violées au cours d'un pogrome commis sur une grande échelle à Gaissin (province de Podolie) par des unités liées à l'Armée nationale ukrainienne.

1942

- 2 750 juifs de Turobin et 1 000 juifs du village de Zolkievka (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor.

- 1 500 juifs de Sosnoviec (Pologne) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

- 1 001 juifs sont déportés de Vienne (Autriche) à Izbica (Pologne).

- Les SS déportent 2 500 juifs de Krasnostav (U.R.S.S.) au camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

- 2 500 juifs des provinces de Saxe et de Thuringe (Allemagne) arrivent au ghetto de Belzyce (province de Lublin), où le nombre d'internés atteint 4 500 âmes.

- Les quelque 2 000 juifs qui restent encore dans le ghetto de Gabin (Varsovie) sont déportés au camp d'extermination de Chelmno.

1943.

- Szmul Zygielbojm, membre du Conseil national polonais en exil à Londres, se suicide pour protester contre l'indifférence des Alliés devant le sort tragique des juifs de Pologne, qui ont lutté contre les nazis dans le ghetto de Varsovie.

1944.

- Environ 1 200 juifs de la ville de Bonyhad (Hongrie), où ils habitent depuis le milieu du XVIIe siècle, sont enfermés dans un ghetto.

1945

- A Birkenau, 1.500 Juifs sont gazés. C.est le premier gazage en masse daté.

1947

- la Légion Arabe lançait une offensive contre les village juifs du Goush Etzion, au sud de Yeroushalaïm. Les kibboutzim qui se trouvaient dans cette petite région luttaient déjà depuis quatre ans pour leur survie.

Déjà après les terribles événements de 1929 et la Révolte arabe de 1936, des Juifs avaient tenté en vain de créer quelques villages agricoles dans le Goush Etzion, et c’est en 1943 que le premier kibboutz, Kfar Etzion était créé. A sa suite, furent fondés Massouot Itsh’ak, Ein Tzourim et Revadim. Les trois premiers appartenaient au mouvement des kibboutzim religieux et le quatrième à l’ « Hashomer Hatzaïr ».

Dès avant la proclamation de l’Etat d’Israël, les Arabes s’en prenaient aux villages juifs du Yishouv, et imposèrent établirent notamment le siège du Goush Etzion, empêchant l’approvisionnement de ses habitants en nourriture, eau et matériel. Malgré l’héroïsme des habitants, et malgré plusieurs tentatives de l’extérieur de venir en aide aux assiégés (notamment la triste épopée des « Lamed-Hé ») Kfar Etzion tomba aux mains des Arabes le 13 mai 1948, à la veille de la Déclaration d’Indépendance de l’Etat d’Israël. La plupart des femmes et des enfants ayant été évacués du Kibboutz, presque tous les hommes qui étaient restés furent tués par les Arabes. Ceux qui se rendirent furent tués ensuite également, et seuls quatre parvinrent à s’enfuir. Les habitants des trois autres kibboutzim furent emmenés en Jordanie et furent libérés dans le cadre d’échanges de prisonniers.

14/04/2015

15 avril, ce jour-là, n'oubliez pas.

15 avril, ce jour-là, n'oubliez pas.

1881

- Un pogrome a lieu a Elisabethgrad (aujourd’hui Kirovohrad) rien qu’en 1881 il y en a eut plus de 100.

1938.

- Des émeutes antijuives éclatent à Dabrowa-Gornicza (Pologne). De nombreux juifs sont blessés et leurs biens saccagés.

1940.

- En ce jour le ministre de l’intérieur du Reich avait recenser les pensionnaires malade Juifs des établissement thérapeutiques ils  furent soumis à l’euthanasie, sans égard à leur aptitude au travail ou de leurs maladies. Ils commencèrent par les séparer des autres pensionnaires et les réunir dans des asiles.

1941.

- Les nazis arrêtent les membres du conseil municipal de Salonique (Grèce) et promulguent des ordonnances antijuives.

1942.

- 100 juifs de Paskuda (Lublin) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka.

1943.

- Les nazis massacrent 600 juifs de Kopyczynce (Ukraine).

1944. 

- Un groupe de prisonniers juifs de Ponary (Lituanie), chargés d'effacer toutes les traces des massacres de masse, tente de fuir. 25 d'entre eux sont tués, 15 parviennent à s'évader.

1945.

- Les troupes britanniques libèrent le camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne). Ils y découvrent 40000 survivants et 13000 morts, juifs pour la plupart.

- 40000 détenus du camp de concentration d'Oranienburg-Sachsenhausen (Allemagne) sont soumis à des marches forcées en direction de l'ouest. Des milliers d'entre eux périssent en route.

- 17000 femmes internées au camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne) sont envoyées à pied vers l'ouest, sans destination précise.

- Un transport quitte le camp de concentration de Neuengamme, près de Hambourg. 1000 juifs sont conduits au camp de travail forcé d'Ebensee. Le « voyage » dure deux semaines, et de nombreux déportés périssent en route.

- Les Anglais libèrent... Bergen Belsen : à leur arrivée, 13.000 cadavres jonchent le sol au milieu de 60.000 « survivants ».


1 avril, ce jour-là, n'oubliez pas.

1 avril, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1899.

- La découverte du cadavre d'une jeune chrétienne dans une forêt près de Polna (Bohême) provoque une violente agitation anti­juive. On accuse les juifs de meurtre rituel. Leopold Hilsner, âgé de vingt deux ans, est arrêté et condamné à mort. Seule l'intervention de T.G. Masaryk, qui deviendra le premier président de la République tchécoslovaque, fait commuer la peine en prison à perpétuité. Une amnistie impériale remet Hilsner en liberté en 1916.

1933

- Mise en oeuvre du boycott contre les « violences juives », dirigée par le gauleiter de Franconie, Julius Streicher : des SA se postent devant les magasins juifs et cherchent à interdire aux clients d'y pénétrer en déployant des pancartes incitant à ne pas acheter chez les Juifs. Les mêmes scènes de boycott se déroulent devant les pharmacies, les cabinets médicaux ou locaux d'avocats.

1938.

- Le premier convoi de déportés quitte Vienne (Autriche) avec 151 personnalités, dont 60 juifs comprenant les chefs de la communauté juive, à destination du camp de concentration de Dachau.

1939

- Allemagne,décret permettant à tout propriétaire aryen d’expulser son locataire Juif.

1940. 

- Les Allemands ordonnent à 35 000 juifs de quitter Cracovie dans les trois mois. Beaucoup d'entre eux doivent abandonner tous leurs biens. 15 000 juifs seulement sont autorisés à rester.

1941

- Le ghetto de Chmielnik (Pologne) est créé par les nazis. 10 000 juifs, soit 80 % de la population de la ville, sont entassés dans un espace restreint, où beaucoup meurent de faim et d'épidémies. La vieille synagogue est détruite dès l'arrivée des nazis.

1942.

- 1 000 hommes, femmes et enfants sont à nouveau déportés du camp de concentration de Theresienstadt au ghetto de Piaski, près de Trawniki. Des groupes d'hommes, gardés par les SS, sont affectés à des travaux de construction. De nouveaux transports arrivant d'Allemagne portent à près de 7 000 le nombre des internés. Les conditions de séjour inhumaines provoquent des épidémies causant de nombreuses victimes.

1943.

- Un transport de juifs viennois arrive au camp d'extermination de Treblinka.

- Un transport quitte Vienne avec 72 juifs, déportés à Theresienstadt.

- A Auschwitz, les SS castrent tous les mâles du bloc 27, destinés à des expériences.

1944

- Sur le site d’exécution de Ponar, 68 000 corps ont été exhumés et brûlés. 
Un des prisonniers attelé à cette tâche, Itshak Doguim, reconnaît parmi les victimes sa femme, 3 sœurs et 3 nièces.


- Un transport de plusieurs centaines de juifs grecs arrive au camp d'extermination d'Auschwitz II- Birkenau. 1 500 hommes, femmes et enfants sont aussitôt envoyés dans les chambres à gaz.

31 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

31 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1283

- Dans la ville de Bad Kreuznach (Allemagne), le juif Ephraim ben Eliezer Ha-Levi meurt rompu sur la roue.

1310

- A Paris, un juif sans doute baptisé de force est brûlé sur le bûcher. Il avait été condamné à mort pour être revenu au judaïsme.

1349

- 4 juifs sont brûlés sur le bûcher dans la petite ville de Mellrichstadt (Allemagne).

1492

- Selon un décret royal promulgué par les monarques espagnols Ferdinand et Isabelle, tous les juifs doivent avoir quitté le territoire espagnol dans les quatre mois. Passé ce délai, prolongé ensuite jusqu'au 3 août, ceux qui seront découverts deviendront passibles de la peine de mort.

1935

- Pour la garde des camps de concentration, des unités spéciales de SS sont formées : ce sont les fameux « Totenkopfverbände » (unités à tête de mort).

- 
Il est interdit aux musiciens juifs professionnels d’exercer leur métier.

1941

- Un ghetto est créé à Kielce (Pologne), destiné à contenir 28 000 juifs. 3 000 internés viennent de Lodz/Litzmannstadt. En raison des mauvaises conditions sanitaires et du surpeuplement, 4 000 juifs meurent dans l’année par suite d’une épidémie de typhus. En même temps, malgré le manque de place, les juifs de la province continuent à être amenés dans le ghetto.

1942

- Un premier transport quitte la petite ville d'Opole Lubelskie (Pologne) à destination du camp d'extermination de Belzec.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, outre les 4 000 juifs de la ville, 2 000 réfugiés d'Autriche et 2 500 juifs de Pulawy vivaient à Opole Lubelskie.

- 6 000 juifs sont déportés en quatre transports du ghetto de Stanislavov (Ukraine) au camp d'extermination de Belzec.

- 

La Gestapo attaque le ghetto de Minsk (Biélorussie) pour y écraser la résistance.

1943

- Un transport de 85 juifs quitte Vienne (Autriche) à destination du camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

- Le nombre des déportés juifs Hollandais est de 52.403 depuis le début des déportations. Ils seront 105.000 à la fin de la Guerre. 5.000 seulement reviendront.

- A cette date, 49.906 juifs ont été déportés de France

 

02/04/2015

24 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

24 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1606

- L'Inquisition organise un autodafé dans la ville d'Evora (Portugal). Plusieurs personnes accusées de judaïser sont brûlées sur le bûcher.

1941

- Himmler déclare vouloir constituer à Auschwitz une centrale d'armement où travailleraient 100.000 déportés; mais, en même temps, devrait coexister un appareil d'anéantissement, qui permettra l’extermination de 2.500.000 juifs.

1942.

- Des transports de juifs déportés des villes de Würzburg, Juliers et Fürth quittent l'Allemagne à destination du camp de transit de Piaski (Pologne). De là, 586 juifs sont déportés au camp d'extermination de Belzec, où ils périssent tous.

- 83 juifs sont arrêtés à Bad Kissingen (Allemagne) et dans les environs, pour être déportés aux camps de transit d'Izbica et de Piaski (Pologne). De là, on les envoie au camp d'extermination de Belze

- 2000 juifs du camp d'Izbica Lubelska Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Belzec pour y être assassinés. Parmi eux se trouvent de nombreux déportés d'Autriche et de Tchécoslovaquie.

- A Kolomyya (Ukraine), les Allemands organisent trois ghettos séparés, entourés de barbelés et sévèrement gardés. Les juifs des petites communautés de la région sont transférés et internés dans ces ghettos.

- Interdiction faite aux Juifs d'utiliser les moyens de transports publics.

- Confiscation des postes de T.S.F, détenus par les Juifs.

- Interdiction d'exercer certaines activités économiques ainsi que d'employer des Juifs.

- Non paiement de l'indemnité de licenciement à un Juif.

1943

- Les nazis fusillent 350 vieillards et enfants du ghetto de Lwow (Ukraine) dans une carrière de sable, au lieu-dit « Piaskownia ». Certains des enfants blessés sont enterrés vivants.

1944.

- Les nazis assassinent 335 Italiens dans les fosses Ardéatines, près de Rome. 57 juifs figurent parmi les victimes de ce massacre.

- L'armée allemande organise une rafle sur une grande échelle dans la région de Chalkis (Grèce). Les 550 juifs qui y vivent sont arrêtés et entassés dans des trains à destination du camp d'extermination de Treblinka (Pologne). Aucun d'eux ne survivra.

- Les nazis annoncent qu'une répartition supplémentaire de ravitaillement aura lieu dans une synagogue d'Athènes. 800 juifs qui s'y rendent sont arrêtés et internés au camp de Maidon.

22 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.



22 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1349.

- Lors des persécutions qui a cause de l'épidémie de peste noire, les juifs de Fulda (Allemagne) se réfugient dans trois maisons, mais les habitants de la ville les découvrent et les massacrent. Les juifs avaient demandé en vain l'aide de l'abbé du lieu, dont les serviteurs se joignent aux assassins. Quelques juifs seulement survivent.

1919

- Pogrome dans la ville de Jitomir. Au total, 317 juifs sont assassinés, sans compter les nombreux blessés et mutilés. 
Il s’agit du deuxième pogrome en deux mois à Jitomir (Volhynie), auquel se livrent les unités de l’Armée nationale ukrainienne, commandée par Simon Petlioura.

1933

- Inauguration officielle avec annonce par voie de presse du camp de concentration de Dachau, situé à 16 kilomètres au nord de Munich.Les premiers détenus sont des prisonniers politiques, communistes et sociaux-démocrates.

- Goebbels organise le boycott des magasins tenus par des Juifs à Berlin. Le boycott sera rendu obligatoire pour les membres du parti en 1935.

1941.

- Le maréchal Pétain, chef de l'État français de Vichy, décrète que le chemin de fer transsaharien sera construit par des détenus. Parmi eux se trouvent de nombreux juifs qui, soumis à un travail extrêmement pénible, meurent d'épuisement.

1942

- 

Les nazis s’emparent des médecins et du personnel de l’hôpital juif de Belgrade (Yougoslavie) et les mettent à mort.

1943. 

- Un premier transport de 2 400 juifs quitte Skopje (Yougoslavie) à destination du camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

1944

- Les juifs du camp de Kolychevo (Biélorussie) se soulèvent contre leurs oppresseurs. 10 SS sont tués, plusieurs centaines de prisonniers parviennent à s’évader.

- Les SS massacrent un nombre indéterminés d’enfants juifs à Libau (Lettonie)

1945.

- Quand l'armée soviétique approche de Köszeg (Hongrie), la ville est évacuée et tous les auxiliaires juifs qui s'y trouvent affectés sont assassinés. 35 juifs malades et mourant de faim sont enfermés dans une baraque et gazés par des commandos allemands spécialement équipés. On enterre ensuite les cadavres des victimes dans des fosses communes.

17 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

17 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.


1190.

- Des émeutes éclatent contre les juifs d'York (Angleterre). La population est excitée par des croisés, des bourgeois et des gentilshommes. Les juifs se réfugient dans le château de la ville, assiégé durant six jours par la foule armée. La veille, les juifs les plus décidés se suicident. Les survivants ouvrent les portesj en ce jour, afin d'accepter le baptême. Ils sont tous, sans exception, massacrés par les émeutiers. La communauté juive d'York n'existe plus.

1905.

- A l'instigation du clergé, des passants juifs sont molestés dans la rue à Saratov, sur la Volga (R.S.F.S.R.).

1942.

- Un nouveau transport de 1 000 hommes et femmes du camp de concentration de Theresienstadt arrive au camp de transit d'Izbica (Pologne). 300 jeunes juifs sont sélectionnés pour être envoyés au camp de travail de Janowice. Les 700 juifs restants sont soit fusillés, soit déportés au camp d'extermination de Belzec. De ce transport, seules 3 personnes survivent encore en 1945, lors de la libération.

- Les SS liquident le ghetto d'Ilya, au nord de Minsk (Biélorussie). 900 juifs sont massacrés. Joseph Rodblatt, président du Conseil juif, dirige la résistance armée. Il réussit à se réfugier dans la forêt avec un groupe de jeunes gens.

- Après la mise en service du camp d'extermination de Belzec (Pologne), deux transports, l'un provenant de Lublin et l'autre de Mielec, y arrivent avec plus de 6 000 déportés juifs. Le camp fonctionnera jusqu'en juin 1943. Les cadavres des fosses communes sont brûlés à partir de l'automne 1942. Au printemps 1943, les baraques sont détruites et l'ensemble du camp rasé.

- La Gestapo pend 17 juifs à Leczyca (Pologne).

- Début de la déportation des juifs de Lublin (Pologne) au camp d'extermination de Belzec. 15 000 juifs environ sont frappés par cette mesure. 1 500 juifs sont déportés quotidiennement.

- Déportations massives de Slovaquie : 60.000 Juifs sont envoyés à Auschwitz et Majdanek.

- Fonctionnement de la première grande installation fixe de gazage des déportés, à Belzec, suivie en avril de celle d »e Sobibor, et en juillet, de celle de Treblinka.

1943.

- Les nazis assassinent 1 500 juifs du ghetto de Lwow (Ukraine), dans une carrière de sable.

- Un nouveau transport avec 2 800 juifs de Salonique (Grèce) est formé pour être envoyé au camp d'extermination d'Auschwitz. Mais ces juifs sont finalement déportés à Birkenau, où ils sont assassinés.

- 964 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) à destination du camp d'extermination de Sobibor.

08/03/2015

8 février, ce jour-là, n'oubliez pas.

8 février, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1933

- Wilhelm Frick, ministre de l'intérieur allemand , annonce la fondation de camp de concentration

1940

- La police allemande ordonne à tous les juifs de Lodz/Litzmannstadt (Pologne) de déménager dans le ghetto de Baluty.

1941

- Création du ghetto d'Amsterdam.

- Pogrom à Amsterdam, à l'instigation du fasciste Mussaert et des occupants allemands.

1942.

- Pendant trois jours, 7 000 juifs du ghetto de Kutno (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Chelmno, où ils périssent tous.

- Plusieurs centaines de juifs de Kopyczynce et de Koropets sont amenés au ghetto de Monasterzyska (Ukraine) pour y être assassinés.

1943.

- 4 000 juifs, entassés dans quatre trains, quittent la Thrace (Grèce). Après un voyage de plusieurs jours, ils arrivent au camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

- 1 200 juifs de Radochkowitz (Biélorussie) sont assassinés par les SS.

- Tous les juifs de Thrace orientale sont déportés par train au camp d'extermination de Treblinka.

1944

- 1 015 internés juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas) au camp d’extermination d’Auschwitz.

- 1 000 Juifs de Hollande sont déportés à Birkenau, parmi lesquels de nombreux malades.

1945

- Au cours de la nuit, 180 déportés, dont beaucoup de juifs, transférés du camp de concentration de Buchenwald (Allemagne), sont fusillés entre la gare et le camp de concentration de Mauthausen parce qu’ils sont incapables d’avancer dans la neige profonde.

03/03/2015

3 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

3 mars, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1349

- La communauté juive de Constance (Allemagne) connaît à son tour les persécutions qui accompagnent l’épidémie de peste noire. Les juifs de la ville sont accusés d’empoisonner les puits. Ceux des juifs sont alors murés. 330 juifs sont brûlés dans une maison en bois construite à cet effet. Seuls quelques membres de la communauté survivent à la persécution.

1936

- En Allemagne : Les juifs sont exclus de l'armée allemande.

- Les médecins juifs sont interdits de pratique.

1941

- A Amsterdam, un des premiers juif à tomber victime des persécutions nazies, Ernst Cohn, qui avait fui l’Allemagne, est tué par balles.

1942

- Dans le ghetto de Zychlin (Pologne), les nazis rassemblent, la veille de Pourim, les juifs survivants. Les vieillards et les malades incapables de monter dans des camions sont abattus sur place. Le reste de la population juive de la ville, plus de 3 000 personnes, est déporté au camp d’extermination de Chelmno pour y être assassinée.

- L’armée allemande déclenche une première Action sur une grande échelle contre les juifs de Dolhinov (Biélorussie). 1 500 juifs sont arrêtés et conduits hors de la ville pour être fusillés. Leurs cadavres sont brûlés.

1943

- Les nazis arrêtent tous les juifs de Thrace orientale (Grèce), y compris ceux qui habitent l’île de Samorthrace. 

Un transport de 75 juifs quitte Vienne (Autriche) à destination du camp d’extermination d’Auschwitz.

- Au cours de la nuit des rafles ont lieu dans plusieurs villes de Macédoine : Cavalla (1 800 arrestations), Drama, Comotini, Alexandroupolis et Xanthi. Au total, 5 000 hommes, femmes et enfants sont regroupés à Drama par l’armée allemande, qui a procédé aux rafles, puis déportés au camp d’extermination de Treblinka (Pologne), où ils périssent.

1944

- 732 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d’extermination d’Auschwitz.

1945

- 182 juifs meurent au camp de concentration d’Ebensee (Autriche), lors du processus de désinfection. ils avaient été évacués du camp de concentration de Gross-Rosen (Silésie).

05/02/2015

5 février, ce jour-là, n'oubliez pas.

5 février, ce jour-là, n'oubliez pas.


1840

- L ‘affaire de Damas est un cas récent d’accusation de meurtre rituel, aboutissant à l’arrestation de 7 juifs à Damas (Syrie). Après que l’un des frères et son domestique eurent disparu les capucins accusent les juifs de les avoir tués dans le but d’utiliser leur sang pour célébrer la Pâque.
Au cours de l’enquête qui suit, 2 des juifs accusés à tort meurent sous la torture. Après l’intervention de plusieurs personnalités juives d’Europe dont Moses Montepore et Adolphe Crémieux, les juifs survivants sont relâchés mais ils ne seront jamais lavés du soupçon qui pesait sur eux.

1934.

En Allemagne, les étudiants en médecines Juifs ne peuvent plus présenter d'examens.

1942

- 2 000 juifs de Suchovola (Pologne) sont déportés au ghetto de Grodno.

1943

- Les nazis assassinent 200 juifs dans le ghetto de Chodorov (Galicie orientale, R.S.S. d’Ukraine).

- L’armée allemande a créé un ghetto à Bialystok (Pologne) le 1er août 1941. Du 5 février 1943  jusqu’au 12 février. 10 000 juifs environ sont arrêtés et déportés aux camps d’extermination d’Auschwitz et de Treblinka alors que près d’un millier sont assassinés sur place.

- Zvi Wider, membre du Conseil juif de Bialystok, se suicide en apprenant que les autres membres du Conseil ont fourni à la Gestapo une liste de personnes à déporter.

18/01/2015

18 janvier, cejour-là, n'oubliez pas.

18 janvier, cejour-là, n'oubliez pas.


1670.

- A Metz (France), un enfant chrétien de trois ans disparaît. Le juif Raphaël Lévy est accusé de l'avoir tué à l'occasion d'un meurtre rituel. Torturé, il réaffirme son innocence. Quand l'enfant est retrouvé mort, on s'aperçoit qu'il a été victime d'une bête sauvage. Lévy croit qu'il sera bientôt libéré, mais il est condamné au bûcher et brûlé vif. Les habitants de Metz s'adressent ensuite au roi de France, lui demandant l'expulsion des juifs de la ville, ce qui leur est accordé.

1943

- Un train de Belgique arrive à Auschwitz, avec à son bord près de 2 000 personnes. 387 hommes et 81 femmes sont envoyés vers les baraques, 1 558 personnes sont gazées dès leur arrivée.

- Suite à la visite de Himmler à Varsovie, les Allemands décident de reprendre les déportations de Juifs vers les camps d'extermination : ils ne réussissent pas à saisir plus de 6.500 Juifs. Des pelotons allemands sont pris pour cible par des résistants armés. Une trentaine de soldats allemands sont tués. 1.171 Juifs sont tués à l'intérieur du ghetto.

- 6 000 juifs du ghetto de Varsovie sont déportés au camp d'extermination de Treblinka. 1 000 d'entre eux sont fusillés sur place.

- 748 juifs quittent le camp de regroupement de Westerbork (Pays-Bas), déportés à destination du camp d'extermination d'Auschwitz.

- Les 200 juifs restant encore dans le ghetto de Sokolka (Pologne) sont assassinés. Quelques jeunes gens réussissent à se réfugier à Varsovie, où ils participent à la révolte du ghetto en avril 1943.

1944.

- 870 juifs sont déportés du camp de regroupement de Westerbork au camp de concentration de Theresienstadt.

- 300 juifs de Buczacz (Ukraine), qui s'étaient réfugiés dans les forêts avoisinantes, sont massacrés par les nazis.

1945

- Les SS commencent à évacuer Auschwitz (31.894 détenus, Birkenau compris) et Monowitz (35.118 avec camps satellites de la périphérie). 58.000 détenus quittent le camp à pied par un froid glacial, les autres sont évacués en train. La marche de la mort débute.

- 3 000 juifs quittent le camp d'extermination d'Auschwitz pour une marche de la mort en direction de Geppersdorf (Allemagne). Lorsqu'ils arrivent à destination, en mars 1945, on ne compte plus que 280 survivants.

20/12/2014

20 décembre, ce jour-là, n'oubliez pas.

20 décembre, ce jour-là, n'oubliez pas.

1348

- Les juifs de la petite ville de Horb, sur le Neckar (Allemagne) sont victimes des persécutions qui accompagnent l’épidémie de peste noire. Ils sont brûlés sur le bûcher, accusés d’avoir empoisonné les puits, ainsi qu’on le faisait partout à l’époque et pourtant sans aucune preuves

1632

- Accusé d’avoir étudié le judaïsme avec des juifs de Metz, Nicolas Antoine, pasteur français d’origine catholique, est déclaré fou, puis jugé et brûlé sur le bûcher à Genève ce jour-là.

1939

- Un ghetto est créé à Lodz (Pologne), où doivent s’installer les juifs de la ville et des environs. Par suite du manque d’espace et de facilités sanitaires, des épidémies éclatent et la nourriture manque rapidement.

1942

- Deuxième déportation des juifs de Radzyn (Lublin) : 3 500 juifs sont déportés au camp d’extermination de Treblinka. Plusieurs petits groupes de résistants se battent contre les nazis dans les forêts avoisinantes, sous la direction du Hachomer Hatzaïr.

25/11/2014

25 novembre 
, ce jour-là, n'oubliez pas.

25 novembre 
, ce jour-là, n'oubliez pas.

1696

- 14 hommes et femmes sont brûlés vifs et 4 en effigie au cours d'un autodafé tenu à Coimbra (Portugal). Ils étaient accusés de " judaïser ", c'est-à-dire de pratiquer le judaïsme en secret.

1940

- Le Patria, un navire transportant 1 771 passagers sans visa, des juifs d'Europe qui tentent d'échapper à la persécution nazie en immigrant (illégalement) en Palestine, n'est pas autorisé par les fonctionnaires britanniques à accoster à Haïfa. Une explosion détruit le navire. 257 personnes sont tuées, les survivants sont sauvés par les habitants massés sur le rivage.

1941

- 

Les nazis massacrent 3 000 juifs à Rechitza (Biélorussie). Cette communauté était l'une des plus anciennes de la région.

- Ordonnance permettant la confiscation des créances détenues par les Juifs envers les débiteurs aryens. 
L'Einsatzkommando III tue en 4 jours les 5.000 juifs venant du Reich et installés dans le ghetto de Kaunas.

- 2934 Juifs allemands sont fusillés à Kowno

1942

- 531 femmes et enfants juifs sont conduits par mer de Bergen (Norvège) à Stettin, d'où ils seront déportés vers des camps d'extermination en Pologne.

- 400 juifs du ghetto de Sasov (Ukraine) sont déportés au ghetto de Zloczow, où ils périront plus tard, en même temps que les juifs de cette ville.

- Liquidation du ghetto de Siedlce (Pologne), après qu'il eut été réduit en superficie à la suite des déportations : 2 000 juifs qui s'y trouvent encore sont déportés au camp d'extermination de Treblinka, où ils périssent.

- Un camp de travail forcé pour 500 internés subsiste à Siedlce.

1943

- 40 juifs sont assassinés lors de la liquidation du camp de concentration de Gomel (Biélorussie).

1944

- 

4 juifs sont pendus par la police allemande à Ciechanov (Pologne).

23/11/2014

23 novembre , ce jour-là, n'oubliez pas.

23 novembre , ce jour-là, n'oubliez pas


1938

- Toutes les sociétés juives sont dissoutes.

1939

- Le port de l'étoile jaune devient obligatoire pour les juifs de Pologne.

- Les Juifs du Gouvernement Général sont tenus de porter un brassard.

1941

- Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 995 juifs déportés à Riga (Lettonie).

1942

- 850 juifs de Strzygov (Varsovie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

- 650 juifs d'Oszmiany (Biélorussie) sont fusillés dans une forêt près du domaine d'Agleyby.

- En cinq jours, 10 000 juifs du ghetto de Szydloviec (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka, où ils sont assassinés quelques heures après leur arrivée.

1943

- 150 résistants juifs parviennent à fuir de Kovno (Lituanie) dans les bois, où ils se battent contre les SS. Beaucoup d'entre eux seront tués au combat.

17/11/2014

17 novembre, ce jour-là, n'oubliez pas.

17 novembre
, ce jour-là, n'oubliez pas.

 

1278

- A la suite de perquisitions effectuées dans toute l'Angleterre, des juifs sont arrêtés sous l'inculpation de rogner les monnaies, c'est-à-dire de couper les coins des pièces et de faire fondre le métal. 680 juifs, dont de nombreux notables, sont emprisonnés dans la Tour de Londres. Leurs biens sont confisqués par la Couronne. 293 d'entre eux sont condamnés à mort et pendus.

1301

- 

Les juifs de Renchen (Allemagne) sont accusés de meurtre rituel : parmi eux, Noah ben Meïr, Kalonymos, fils du rabbin Yehuda ben Eleazar, et Yerahmiel ben Mechullan sont rompus sur la roue.

1349

- Les persécutions contre les juifs de Suisse, comme de l'Europe entière, frappent ceux de Winterthur, Diessehofen et d'autres villages, réfugiés dans la forteresse de Kiburg. Au nombre de 330, ils sont brûlés sur le bûcher.

1918

- Les unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura et des groupes d'irréguliers atteignent la ville de Bobrovitzy (district de Tchernigov). Le pogrome qu'ils déclenchent cause la mort de 9 juifs. De nombreux autres sont blessés et mutilés.

1938

- Première législation italienne anti-juive. Les Juifs se voient fermer le service civil ; les Juifs devenus citoyens après 1918 sont privés de leur citoyenneté et doivent quitter l’Italie. Les officiers Juifs de l’armée italienne sont radiés. L’un deux, le Colonel de Segre, se suicidera devant ses hommes.

1942

- Les derniers juifs de Krasnik (province de Lublin) sont déportés au camp d'extermination de Belzec. Plusieurs centaines d'entre eux parviennent à fuir dans les bois. 2 unités de partisans s'organisent pour lutter contre les nazis. Eduard Forst dirige l'une d'elles, le groupe Berek Joselowicz. 

Le dernier groupe de 30 juifs, chargé de travaux d'entretien au camp d'extermination de Treblinka, est fusillé par les SS.

1943

- 995 Juifs de Hollande sont envoyés à Birkenau. 531 sont gazés, y compris 166 enfants.

- Il ne demeurait plus dans les camps que quelques SS et des Ukrainiens. A Treblinka, il restait même un groupe de détenus Juifs employés à faire disparaître les baraquements et les autres installations, quand le travail fut fini, le derniers groupe de trente détenus de Treblinka fut fusillé en ce jour.

14/11/2014

14 novembre, ce jour-là, n'oubliez pas.

14 novembre, ce jour-là, n'oubliez pas.


1935

- Hitler tranche: est considéré comme juif celui qui a trois grands-parents juifs ou deux grands-parents juifs et se déclarant membre de la communauté juive.

1940

- Le ghetto de Varsovie est hermétiquement clos. Toutes les issues, portes et fenêtres et rues donnant sur le côté aryen sont murées. 400.000 Juifs y sont enfermés.

1941

- Première Action sur une grande échelle à Zaleszczyki (Ukraine) : elle commence par l'assassinat de 800 juifs. De nombreux jeunes gens sont arrêtés et déportés au camp de travail forcé de Kamionka. Lors de l'invasion allemande, la communauté comptait 5 000 âmes.

- A Slonim (province de Grodno, R.S.S. de Biélorussie) avec la participation de Lituaniens et de Biélorusses, 9 000 juifs sont conduits hors du ghetto et massacrés près de Czepielov. Quelques juifs seulement parviennent à fuir.

- Exécution de 3.726 juifs à Moghilev (EG B aidé du Kommando de Von Dem Bach Zelewski).

1942

- 6 000 juifs du ghetto de Grodno sont arrêtés en trois jours par les SS et des auxiliaires lettons. Ils sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

- 500 juifs de Makov Mazoviecki (province de Varsovie) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka. Des juifs vivaient dans la ville depuis le XVIe siècle. Lors de l'invasion allemande, la communauté atteignait 3 500 âmes.

1943

- Des fascistes italiens assassinent 3 juifs dans les rues de Ferrare.

14/03/2011

Ghetto Mlawa

Ghetto Mlawa

 

NAZIGHETMLAW0001-1.jpg

 

Entrée du ghetto

 Début novembre 1939 les Allemands détruisent toutes les synagogues de Mlawa et des environs.

Les 7 et 8 décembre 1940 le ghetto est prêt pour acceuillir les 2450 Juifs «officiellement» recensés à Mlawa par les Allemands.

 

 

Mlawa_103w.jpg

travail dans le ghetto

 

 

D'autre juifs de Rypin, Lipno, Dobrzyn, Szrensk,Radazanow et Zielun vont les rejoindre, le ghetto est surpeuplé et les conditions sont inhumaines et le typhus fait sont apparition.

Un hôpital de 40 salles est aménagé et grâce aux juifs qui travaille en dehors du ghetto, ils organisent par contrebande l'approvisionnement alimentaire mais le 25 janvier 1942, les Allemands arrêtent 25 juifs qui sont accusé de trafic de contrebande, tous seront envoyés dans différents camps dont ils ne reviendront jamais.

NAZIGHETMLAW0003.jpg

Mur du ghetto

Le 18 avril 1942. Devant la foule rassemblée, la Gestapo pend 4 jeunes hommes pour fait de contrebande.

Plus tard d'autre juifs seront pendu, les nazis choisissent des hommes dans l’assistance et leur ordonnent de retirer les caisses de bois sur lesquelles se trouvent les condamnés ensuite,les allemands ouvrent le feu sur la foule, il y a de nombreux morts sur le sol et le même jour deux femmes seront exécutées.

Un peu plus tard, 50 jeunes juifs sont fusillés devant une fosses,  certains ne sont que blessés mais les allemands obliges des juifs a combler la fosses enterrants les blessés vivants.

La population vit dans la peur et la famine sévit rapidement. De jeune juifs de moins de 20 ans sont exécutés.
Le Judenrat est forcé de préparer des listes de 2.000 personnes dont l’une devrait contenir uniquement les noms des personnes âgées et de malades.

NAZIGHETMLAW0004.jpg

Mémorial du ghetto

Le 10 novembre 1942, la première déportation de Mlawa à lieu pour Treblinka, elle concerne les vieux et les malades  et le 13 et 17 novembre d'autres partiront pour le camps d'extermination d'Auschwitz, il ne reste au Ghetto que quelques centaines de juifs.
5.000 Juifs arrivent de Maków Mazowiecki et sont parqués dans le ghetto de Mlawa. Le 24 novembre, 1942, arrivent plus de 1.000 Juifs de Stzegowo. Environ 6 à 7.000 juifs sont déportés à Auschwitz .
Vers la fin 1942, la majorité des Juifs de Mlawa et de ses environs ont été exterminés à Auschwitz
40 Juifs de Mlawa ont survécu aux camps.

00:27 Écrit par dorcas dans ghetto Mlawa | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ghetto, auschwitz, treblinka, camp, juifs |  Facebook |

27/01/2010

Il y a 65 ans, Auschwitz était libéré

Il y a 65 ans, Auschwitz était libéré

D'anciens détenus d'Auschwitz-Birkenau, des soldats de l'Armée rouge qui les ont libérés il y a 65 ans et de nombreuses personnalités, dont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, rendent hommage ce mercredi à 1,1 million de victimes de ce camp symbole de l'Holocauste.

Les sirènes d'Auschwitz retentiront à nouveau à 14H30 (heure locale, 13H30 GMT), pour marquer le début des cérémonies dans ce qui fut le plus grand camp d'extermination érigé par l'Allemagne nazie en Pologne occupée. De 1940 à 1945, environ 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants, dont un million de Juifs d'Europe, ont péri en ce lieu.

Les participants aux commémorations se recueilleront devant le mémorial de Birkenau, pour réciter le kaddish (la prière juive aux morts) et des prières oecuméniques, et pour entendre des discours officiels. Dans la matinée, le Congrès juif européen tiendra une conférence à Cracovie (sud), dont Auschwitz est distant d'une cinquantaine de kilomètres.

Les présidents américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev y adresseront leurs messages, diffusés par vidéo. Cependant, des ministres européens de l'Education réfléchiront sur la façon d'enseigner aux jeunes la leçon à tirer d'Auschwitz. L'inauguration d'une exposition russe sur la libération du camp rappellera cette journée du 27 janvier, déclarée par l'ONU Journée internationale du souvenir des victimes de l'Holocauste.

Le plus grand et le plus meurtrier de tous les camps d'extermination et de concentration nazis, Auschwitz-Birkenau est le seul à avoir été préservé tel qu'il avait été abandonné par les Allemands en fuite devant l'Armée rouge. D'autres camps d'extermination installés en Pologne, tels Sobibor, Treblinka ou Belzec, ont été complètement détruits par les nazis pour en effacer toutes traces.

A Auschwitz-Birkenau, les ruines des chambres à gaz et des fours crématoires continuent à terrifier les visiteurs, autant que les 300 baraquements qui s'étendent à perte de vue sur un terrain de près de 200 hectares. En 2009, un nombre record de 1,3 million de personnes ont visité le musée. (afp)
27/01/10 08h27
Source: 7sur7

24/01/2010

Le voyage dans les trains de déportation

Le voyage dans les trains de déportation 


drancy_le_wagon02 

Plus d'une fois les Allemands firent prendre à leurs victimes des billets pour « Ober-Majdan »; c'est ainsi qu'ils avaient baptisé Treblinka.  On commençait à parler dans toute la Pologne de ce lieu horrible.  Dès lors les SS. évitèrent de prononcer le mot de Treblinka quand ils faisaient monter leurs victimes en voiture.  Mais leur comportement ne laissait aux voyageurs aucun doute sur le sort qui les attendait.  Ils étaient entassés à cent cinquante au moins, souvent à cent quatre-vingts et parfois à deux cents dans un wagon à marchandises, et pas une seule fois ils ne recevaient à boire pendant tout le trajet qui durait jusqu'à deux ou trois jours.  Ils étaient torturés par la soif au point d'en être réduits à boire leur urine.  Pour cent zlotys les gardiens promettaient une gorgée d'eau, mais le plus souvent ils n'apportaient rien.  On était si serré que parfois il fallait voyager debout.  En cours de route, surtout pendant les journées étouffantes de l'été, il mourait dans chaque wagon plusieurs personnes : des vieux et des cardiaques.  Comme on n'ouvrait pas les portes avant d'être arrivé à destination, leurs corps qui commençaient à se décomposer empoisonnaient l'air.  Si quelqu'un faisait flamber une allumette pendant la nuit, les gardiens ouvraient le feu.  Le coiffeur Abram Kon raconte que dans son wagon, ils blessèrent ainsi un grand nombre de personnes et en tuèrent cinq.
Pour ceux qui arrivaient des autres pays France, Bulgarie, Autriche, etc., le voyage était tout différent.  Ils n'avaient jamais entendu parler de Treblinka, et jusqu'au dernier moment ils étaient persuadés qu'on les emmenait travailler.  Les Allemands faisaient miroiter les commodités et les charmes de la vie nouvelle qui les attendait.  Certains convois arrivèrent chargés de gens qui avaient cru partir en pays neutre : ils étaient munis de passeports étrangers et avaient obtenu des autorités allemandes, en y mettant le prix, les visas nécessaires.
Un jour le train amena à Treblinka des citoyens du Canada, des Etats-Unis et d'Australie, que la guerre avait surpris en Europe : après bien des démarches et moyennant de gros pots-de-vin, ils avaient obtenu de partir en « pays neutre » ! Les trains venant d'Europe occidentale avaient des wagons-lits et des wagons-restaurants.  Ils étaient desservis par le personnel ordinaire : ici, pas de gardiens.  Les voyageurs emportaient des coffres volumineux, d'énormes valises, et de la nourriture en quantité.  Les enfants descendaient aux arrêts et s'informaient auprès des employés : serait-on bientôt à Ober-Majdan ?
De temps à autre il arrivait des convois de Bohémiens venant de Bessarabie et d'autres régions.  Des trains amenèrent aussi de jeunes Polonais, paysans et ouvriers, qui s'étaient soulevés ou avaient pris part à la guerre des partisans.
Il est difficile de dire ce qui est le plus affreux : d'aller à la mort dans d'horribles souffrances en sachant que chaque instant vous rapproche d'elle, ou bien de regarder par la portière d'un wagon de première classe dans, une ignorance complète de ce qui vous attend, tandis que de la station on téléphone déjà au camp pour annoncer l'arrivée du train et le nombre des nouvelles victimes.

de Vassili Grossmann

23:23 Écrit par dorcas dans Camp Treblinka | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allemands, pologne, treblinka, wagon |  Facebook |

Le tri des bagages

Le tri des bagages 

Devant la gare, rapides et silencieux, deux cents ouvriers aux brassards bleu ciel défaisaient les paquets, ouvraient les paniers et les valises, déliaient les courroies des porte-plaid.  Ils procédaient au triage et à l'évaluation des objets laissés là par le groupe qui venait d'arriver : nécessaires à ouvrage soigneusement rangés, pelotes de fil, caleçons d'enfant, maillots, draps, chandails, ciseaux, nécessaires de toilette, liasses de lettres, photographies, dés, flacons de parfum, miroirs, bonnets, chaussons, bottes taillées dans des couvertures d'ouate en prévision du froid, souliers de femmes, bas, dentelles, pyjamas, paquets de beurre, café, boîtes de cacao, vêtements de prière, chandeliers, livres, biscottes, violons, jeux de cubes... Il fallait une grande habileté professionnelle pour trier en quelques minutes ces milliers d'objets, les évaluer, séparer ce qui serait envoyé en Allemagne du reste, des choses vieilles et rapiécées qui devaient être jetées au feu.  Malheur à qui mettait une valise de fibre avec les valises de cuir; gare à qui laissait parmi les vieilles chaussettes reprisées une paire de bas neufs venant de Paris.  On ne se trompait qu'une fois, jamais deux.
Quarante SS et soixante wachmanns travaillaient au « transport », c'est-à-dire à ce que j'appellerai la première phase de l'opération : réception du convoi, acheminement des, « voyageurs » vers la « gare , et la place, surveillance des ouvriers chargés de trier et d'évaluer les objets, qui de temps à autre, trompant la vigilance de leurs gardiens glissaient rapidement dans leur bouche un morceau de pain, un bout de sucre ou un bonbon trouvés dans les paquets.  Le travail terminé, on leur permettait de se laver les mains et le visage à l'eau de Cologne et au parfum, car l'eau manquait à Treblinka, et seuls les Allemands et les wachmanns en usaient pour se laver.
Tandis que les nouveaux arrivés se préparaient à prendre un bain, le triage s'achevait.  Les objets de valeur étaient emportés au dépôt; les lettres, les photos de nouveau-nés, de frères, de fiancées, les faire-part de mariage jaunis par le temps, ces milliers de choses infiniment chères et précieuses pour ceux à qui elles appartiennent, mais qui pour les maîtres de Treblinka n'offraient aucun intérêt, étaient réunies en tas et jetées dans d'immenses fosses au fond desquelles gisaient déjà des centaines de milliers d'autres lettres, cartes postales, cartes de visite, photographies, papiers couverts de gribouillis d'enfants, de dessins naïfs aux crayons de couleur.  Et la place, balayée à la hâte, était prête à recevoir un nouveau contingent.

23:11 Écrit par dorcas dans Camp Treblinka | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ss, treblinka |  Facebook |

L'arrivée des trains

L'arrivée des trains 


déportation

Le train, ordinairement composé de soixante wagons, s'arrêtait dans le bois qui masquait le camp, où il était divisé en trois rames de vingt wagons chacune, que la locomotive, allant à reculons, Poussait successivement jusqu'au quai, à l'intérieur du camp; elle-même s'arrêtait juste devant les barbelés, ce qui fait que ni le mécanicien ni le chauffeur ne pénétraient dans le camp.  Lorsque la rame était déchargée,, le sous-officier S. S. de service sifflait les vingt wagons suivants qui attendaient à deux cents mètres.  Quand les soixante wagons étaient vides, la Kommandantur téléphonait à la station que le convoi suivant Pouvait se mettre en route.  Celui qu'on venait de décharger partait pour la carrière prendre du sable qu'il emportait à Treblinka ou à Malkinia.
On avait mis à Profit la situation géographique de Treblinka : les convois chargés de victimes arrivaient ici des quatre coins du monde : de l'ouest et de l'est, du nord et du sud.  Ils venaient de villes polonaises de Varsovie, de Miendzyrzec, de Czenstochowa, de Siedlce, de Radom, de Lomza, de Bialystok, de Grodno; ils venaient de Biélorussie, d'Allemagne, de Tchécoslovaquie, d'Autriche, de Bulgarie et de Bessarabie. Pendant treize mois, les convois se succédèrent en direction de Treblinka; chacun d'eux comptait soixante wagons, et sur chaque wagon des chiffres avaient été tracés à la craie : 150, 180, 200; ils indiquaient le nombre de personnes qui- s'y trouvaient.  Des employés du chemin de fer et des paysans tenaient en secret le compte de ces trains.  Karzimierz Skarzynski, un vieux de soixante-deux ans habitant Wolka (l'agglomération la plus proche du camp), m'a dit que certains jours il était passé jusqu'à dix trains devant Wolka sur la seule ligne de Siedlce, et qu'au cours de ces treize mois, bien rares avaient été les jours où l'on n'avait vu passer aucun train.  Or, ce n'était qu'une des quatre lignes qui mènent à Treblinka.  Lurjan Cukowa, mobilisé par les Allemands pour travailler à l'entretien de la voie conduisant au camp n° 2, affirme que du 15 juin 1942 au mois d'août 1943, il vit passer chaque jour de un à trois convois dont chacun comptait soixante wagons de cent cinquante personnes au moins.  Nous avons recueilli des dizaines de témoignages analogues.  Si même nous réduisons ces chiffres de moitié, nous pouvons dire qu'en l'espace de treize mois, environ trois millions de personnes furent amenées au camp.  Mais nous y reviendrons.


Le camp lui-même, avec sa ceinture extérieure, son quai, les dépôts où étaient rassemblés les objets ayant appartenu aux victimes et les autres locaux accessoires, occupait une superficie peu considérable : sept cent quatre-vingt mètres sur six cents.  Si pour un instant on avait des doutes quant au sort des millions d'êtres amenés là, si l'on pouvait supposer ne fût-ce qu'une seconde que les Allemands ne les assassinaient pas aussitôt arrivés, on se demanderait : où sont-ils donc ces hommes qui pourraient constituer la population d'un petit Etat ou d'une grande capitale d'Europe ? Pendant treize mois - pendant trois cent quatre-vingt-seize jours - les convois sont repartis chargés de sable ou bien à vide : personne n'est revenu du camp n° 2. Mais aujourd'hui la question se pose, terrible comme un glas : « Caïn, où sont-ils donc ceux que tu avais amenés ici ? »


Le fascisme n'a pu tenir secret le plus grand de ses crimes.  Mais ce n'est pas parce que des milliers d'hommes en ont été les témoins involontaires : sûr de l'impunité, Hitler résolut d'exterminer des millions d'innocents dans l'été de 1942, période des plus grands succès militaires fascistes; on sait aujourd'hui que c'est en 1942 que le chiffre des assassinats fut le plus élevé : les fascistes montrèrent alors ce dont ils étaient capables.  Si Adolf Hitler avait vaincu, il aurait su faire disparaître toutes les traces de ses crimes; il aurait su réduire au silence tous les témoins, eussent-ils été dix fois plus nombreux; aucun n'eût soufflé mot.  C'est pourquoi je m'incline une fois de plus devant ceux qui, en automne 1942, dans le silence du monde qui célèbre aujourd'hui sa victoire, ont arrêté, sur la rive abrupte de la Volga, l'armée allemande derrière laquelle bouillonnaient des flots de sang innocent, - devant les vainqueurs de Stalingrad, devant l'Armée rouge qui a empêché Himmler de faire le secret sur Treblinka.

De Vassili Grossmann : http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/treblinka.htm#de...

22:56 Écrit par dorcas dans Camp Treblinka | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : train, wagon, ss, treblinka, allemands |  Facebook |

Une des fosses communes au camp d'exterminations de Treblinka

Une des fosses communes au camp d'extermination de Treblinka

fosses à treblinka

 

Source :http://www.phdn.org/histgen/schmitz/trebln01.html

22:35 Écrit par dorcas dans Camp Treblinka | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : camp, extermination, treblinka |  Facebook |

Les raisons pour être envoyé au camp de Treblinka

Les raisons pour être envoyé au camp de treblinka

TreblinkaSign

On était envoyé au camp n° 1 pour un laps de temps parfois très court : quatre, cinq ou six mois.  Il y avait là des Polonais coupables d'infraction aux lois du Gouvernement général, infraction de peu d'importance, bien entendu, car pour les cas graves c'était la mort sans différer.  Etre dénoncé, avoir laissé échapper un mot dans la rue, ne pas s'être acquitté intégralement des livraisons, refuser à un Allemand sa voiture ou son cheval, être non pas convaincu, mais simplement soupçonné de sabotage à la, fabrique, ou encore, si l'on était une jeune fille, repousser les propositions d'un SS, suffisait pour être envoyé au camp disciplinaire où languissaient des centaines, des milliers de Polonais : ouvriers, paysans, intellectuels, hommes et femmes, vieillards et adolescents, mères et enfants.  Cinquante mille personnes environ ont passé par ce camp.  Les Juifs n'y étaient conduits que s'ils étaient passés maîtres dans le métier de maçon, de tailleur, de boulanger, de cordonnier, d'ébéniste.  Le camp comptait toutes sortes d'ateliers; celui de menuiserie, vaste, fournissait fauteuils, tables et chaises aux états-majors de l'armée allemande.

De Vassili Grossmann: http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/treblinka.htm#de...

22:26 Écrit par dorcas dans Camp Treblinka | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allemand, ss, juifs, camp, treblinka |  Facebook |

Le camp de Risiera di San Sabba

Le camp de risiera di San Sabba

Camp Risiera di san sabba

Le camp de Risiera di San Sabba est le seul camp d'extermination nazis en Italie.

Le KL « Risiera di San Sabba » est un ancien moulin à riz situé dans un faubourg de Trieste. Les bâtiments ont été construits en 1913 et sont vides lorsque les Allemands les occupent. D’abord, San Sabba est utilisée comme prison, puis à partir d’octobre 1943 de camp de concentration et de camp de détention de la police.

Les locaux sont bien appropriés à leur but : Dans trois bâtiments de 3, 4 et 6 étages sont aménagés des cellules, des entrepôts, des ateliers de chaussures et de vêtements ainsi que les quartiers SS. Le four est agrandi, et avec sa haute cheminée va servir de Krematorium pour des milliers de victimes. L’installation est réalisée par Erwin Lambert, l« architecte volant de l'action T4 » qui avait construit les chambres à gaz dans les six instituts d'euthanasie en Allemagne et en Autriche ainsi que celles des trois camps de destruction de l'action à Reinhard en Pologne, Belzec, Treblinka et Sobibor. Le Krematorium est « expérimenté » le 4 avril 1944 par l’incinération de 70 cadavres.

Du 20 octobre 1943 au printemps 1944 environ 25 000 juifs et Partisans sont interrogés et torturés à la Risiera. Entre 3 et 4 000 sont assassinés par fusillade, coups ou par asphyxie dans des camions à gaz… D’autres sont envoyés par convois à Auschwitz  Birkenau. Ainsi en mars 1944 un convoi de 120 Juifs quitte le camp et arrive le 28 mars au camp d'extermination d'Auschwitz. La plupart des juifs sont aussitôt gazés, les autres sont destinés au travail forcé. Aucun d'eux ne survivra. D’octobre 1943 à mai 1944 le « patron » du camp est le fameux SS-Obersturmbannführer Christian Wirth dit « Christian le Terrible ». Wirth est tué le 26 mai 1944 par les Partisans. Le SS-Obersturmbannführer Dietrich Allers prend le commandement jusqu'en avril 1945.